image de le-maximum-kouette

Le Maximum Kouette

Musicien

Biographie de Le Maximum Kouette

Le punk, une histoire de filles

Mêlant de multiples influences mais profondément punk, les musiciennes du Maximum Kouette distillent une musique résolument et authentiquement rock. Au milieu des années 90, un groupe de filles fait sensation dans le circuit des bars parisiens et de l’association Life Live In The Bar : aux côtés d’autres débutants comme La Grande Sophie ou Louise Attaque, elles électrisent le circuit indépendant avec leur punk rock garage brut de décoffrage. Sur scène, elles brûlent les planches grâce à leur punch et à l’énergie indomptable de leur chanteuse. Elles deviennent rapidement une valeur sûre de la scène française en sillonnant l’hexagone dans tous les sens.

Tout au long de cette tournée permanente, elles connaissent quelques changements : elles optent pour la mixité - même si les filles restent majoritaires et occupent les avant-postes (guitares, basse, chant) - elles s’ouvrent aux rythmes jamaïcains, elles popularisent le « runk » (rock reggae avec un esprit punk), elles enregistrent deux albums studio et un live qui engendrent des ventes conséquentes pour des productions indépendantes.

Pourtant, il leur a fallu attendre leur rencontre avec Clive Martin (par l’intermédiaire de leur éditeur Max Amphoux) pour donner un équivalent discographique à leur frénésie et leur assurance scéniques. Ce producteur anglais, qui s’illustra par le passé aux côtés des Négresses Vertes, des Silmarils ou des Wampas, est en phase avec leur volonté de renouer avec l’urgence initiale et de privilégier ce qui constitue leur raison d’être : un rock’n’roll brut, incisif et charmeur. Pendant plusieurs semaines, elles s’enferment avec lui. ''Il nous a fait bosser dur'', avouent-elles. Le résultat dépasse toutes les espérances.