Micky Green

Chanteur

Biographie de Micky Green

L’indolence du groove

Les filles ont bien changé. A voir son visage d’ange, ses cheveux blonds et ses grands yeux verts, qui se douterait que Micky Green, 22 ans, auteur-compositeur-interprète de délicates chansons folk s’est maté plus d’une fois l’intégrale, porno compris, des DVD de Snoop Doggy Dog ? Le rappeur west coast le plus effrontément macho, mais aussi le plus drôle de l’univers, appartient pourtant au panthéon personnel de cette jeune australienne. Micky (ses parents l’appellent Michaela, de vieilles origines Hollandaises dit l’histoire familiale) est partie de chez elle à 18 ans, jouer les mannequins. Un rêve gamine ? Non : ''un métier pratique pour découvrir le monde'' dit-elle. Surtout quand on a que ça et la musique en tête. Elle continue de l’exercer, de temps à autre, parce qu’on ne vit pas de ses chansons du jour au lendemain.

La plupart des titres de White T-shirt (2007) , Micky les a écrits dans l’avion, dans ses chambres d’hôtel, dans les salles d’attente des aéroports. Dans ces moments où l’esprit vagabonde, comme elle le fait depuis 4 ans maintenant. Elle note tout dans un carnet qui ne la quitte jamais. Certains datent de l'adolescence. Micky a toujours écrit.

Au lycée, elle jouait de la batterie dans un groupe. Le plus masculin des instruments, parce qu’être une fille n’oblige à rien. Et puis elle avait déjà appris à jouer du piano, toute seule… Le chant, c’était aussi une sorte de lien avec son père. Il lui avait transmis le virus de la musique, côté faiseur. Il en jouait, avec ses copains. Et puis un jour, ses parents ont divorcé. Micky est restée avec sa mère, dans une banlieue de Sydney normale, banale, agréable. A la maison, on écoutait Fletwood Mac,Heart, ou du glam rock. Après les cours, elle travaillait, pour l’argent de poche, dans le magasin de disque du centre commercial.

Pour ses maquettes, composées sur un micro de l’ordinateur, Micky a tapoté sur des tables, ses jambes, avec un crayon, une boîte. Des micro rythmes parfaits pour accompagner les détails qui parsèment ses textes. La vie lui apparaît toujours sous cet angle : une façon de tenir une cigarette, une couleur de t-shirt (white donc…), un faux pas, un doute…